Le test du Nexus avec son autonomie et sa résistance

Un test de l’autonomie du Nexus 4 serait toujours le bienvenue, particulièrement à un moment où l’on attend avec impatience la sortie du nouveau Google phone, selon Touslesreparateursmobiles.fr. AnandTech a réalisé un premier Benchmark test qui met le Nexus 4 face à tous les concurrents du moment.

À lire les résultats du test, on dirait que le Nexus 4 s’en sort mal que ce soit pour le test du surf sur Internet via un navigateur avec une connexion 3G/LTE ou le même test via WiFi. Sur les deux tests l’iPhone d’Apple sort vainqueur avec respectivement 8.19 et 10.27 heures en autonomie. Le Nexus 4 se classe quant à lui en 12 position sur les 15 appareils testés avec un score de 4.18 pour le premier test, pour le second il se classe en dernière position sur les 8 appareils testés avec un score de 6.27.

 

Si le Nexus 4 présente le meilleur rapport qualité prix, à condition de l’acheter du Play Store car autrement le prix n’est plus attrayant, il faudrait faire des concessions ailleurs, et les hotels et Android le savent bien. À en croire ces tests ce serait au niveau de l’autonomie de la batterie qu’il faudra donc faire des petits sacrifices.

Le test de Anandtech consiste à mettre l’appareil dans les conditions d’une utilisation quotidienne. Ces spécialistes se sont alors mis à charger des pages web via un navigateur, selon LeValentin avec une connexion 3G/LTE et une connexion WiFi jusqu’à épuisement de la batterie.

Gérer l’ostéoporose avec la parapharmacie

Le terme ostéoporose signifie littéralement, amincissement des os : «ostéo», qui a trait à l’os, et «porose», qui signifie amincissement ou porosité. C’est pourquoi, on la dénomme souvent la « maladie des os fragiles ». L’ostéoporose est une affection dégénérative qui se manifeste par une atrophie progressive du tissu osseux : les os deviennent fragiles et risquent de se fracturer facilement. Les os de la hanche et du poignet, ainsi que les vertèbres, sont les plus touchés par cette pathologie. L’ostéoporose peut causer une courbure vers l’avant ou une difformité de la colonne vertébrale. Elle concerne en général les personnes de plus de 50 ans, notamment les femmes : 40% des femmes ménopausées et plus de la moitié de celles de plus de 75 ans sont touchées contre 14% pour les hommes.

 

Comment survient l’ostéoporose ?

Jusqu’à l’âge de 20 ans, notre squelette continue à se former et nos os se consolident : c’est le processus de minéralisation. La minéralisation des os est un phénomène complexe qui se réalise correctement sous certaines conditions comme des apports suffisants en calcium, phosphore et vitamine D durant l’enfance et l’adolescence. On peut compléter cela avec de l’homéopathie ou des produits parapharmaceutiques : à voir sur Parapharmaonline. Ces micronutriments sont en effet indispensables pour constituer un capital osseux qui servira plus tard de réserves.

Au cours du processus de vieillissement, la capacité de fixation du calcium devient de plus en plus limité et la diminution de notre capital osseux, la déminéralisation, s’accélère à partir de la ménopause. Cette perte osseuse « post-ménopausique » est due à un emballement des ostéoclastes (cellules qui détruisent l’os) en rapport avec la baisse du taux des oestrogènes. Ce phénomène va créer un déficit de formation de l’os du fait de la supériorité de la résorption, et il faut donc préserver ses articulations. Ainsi, la femme va perdre 30 à 50 % de sa masse osseuse (selon le site squelettique), au cours de sa vie. Chez les personnes âgées, cette perte continue jusqu’à la fin de la vie et peut être aggravée par des carences en calcium et en vitamine D. Le résultat de ces divers phénomènes est un amincissement et un raccourcissement des travées osseuses qui sont alors le siège de perforations, et parfois même des ronflements qui apparaissent et qu’il faut soigner. La quantité de tissu osseux est globalement diminuée, l’architecture et les qualités mécaniques de l’os sont altérées, sa résistance est diminuée.

 
Les facteurs de risques

L’ostéoporose se constitue lorsque le capital osseux de départ est trop faible ou si la perte osseuse est trop rapide. Plusieurs facteurs de risque qui agissent sur ces phénomènes sont bien connus. Si certains sont inévitables, d’autres au contraire peuvent être combattus. Tout d’abord, il est utile d’agir à l’avance sur certains facteurs de risque, au cours de l’enfance et de l’adolescence, lorsque le capital osseux se constitue. Une attention particulière doit être portée à :
– des erreurs d’hygiène de vie au cours de la croissance, en particulier au moment de l’adolescence, avec l’absence d’activité physique ou, au contraire, une activité sportive excessive, et un apport insuffisant en calcium et vitamine D.
– des troubles des règles, avec une irrégularité des menstruations ou une durée trop prolongée.

Au cours de la vie d’adulte, des facteurs de risque peuvent favoriser la perte osseuse et accélérer la survenue de l’ostéoporose :
– La consommation excessive d’alcool est responsable d’une diminution de la formation de l’os et d’une insuffisance en hormones sexuelles qui protègent de la perte osseuse.
La consommation excessive de tabac favorise l’ostéoporose en exerçant une action nocive directe sur l’os. De plus, chez la femme, le tabac peut entraîner une ménopause précoce et diminuer, à ce moment là, l’effet protecteur des hormones sexuelles féminines. Enfin, il est responsable d’affections pulmonaires, telles que la bronchite chronique qui favorisent aussi la survenue de l’ostéoporose.
– Le manque d’activités physiques telles la sédentarité et les périodes d’immobilisation prolongées, est préjudiciable pour la conservation d’os solides.
– Le manque d’ensoleillement, particulièrement pour les personnes âgées qui ont tendance à moins sortir, est responsable d’une baisse de la synthèse de vitamine D. Cette vitamine est nécessaire à une bonne absorption du calcium alimentaire par l’intestin et à la minéralisation du tissu osseux.
– Une alimentation déséquilibrée peut ne pas apporter la ration suffisante en calcium. D’autre part, l’apport excessif de sel ou de protéines peut entraîner une fuite de calcium dans les urines.

Avez-vous la bonne porte ?

Obtenez les bonnes portes.

Si vos portes avant et arrière sont creux, vous devrez les remplacer immédiatement. Comment savez-vous si votre porte est creuse ? Il suffit de frapper dessus. Portes creuses sont simplement des feuilles de placage, une âme en carton. Toutes les portes extérieures doivent être solide, vérifiées par une entreprise de serrurerie à Asnieres sur Seine et faite à partir des matériaux suivants :
Fibre de verre
Bois massif
Coeur en bois solide (une couche de placage sur bois massif)
Métal (Remarque : Assurez-vous que les portes en métal sont renforcés à l’intérieur et ont ce que l’on appelle un bloc serrure. Dans le cas contraire, ils peuvent être pliés du châssis à l’aide d’un cric de voiture)

2
Si Installation/remplacement une nouvelle porte et cadre, envisager une porte de fibre de verre qui oscille vers l’extérieur plutôt que vers l’intérieur (et n’oubliez pas à l’aide de charnières de sécurité). Ayant une porte à ouvrir de cette façon contribue à absorbe n’importe quel type d’accès forcé. Faites appel à un serrurier dans la ville de Nantes.

3
Remplacer toutes les portes extérieures avec fenêtres avec des portes sans fenêtre. Pour une sécurité maximale, toutes les portes doivent être dépourvu de fenêtres, et vous ne devriez pas avoir windows assez près de la porte afin qu’un voleur pourrait briser la fenêtre et déverrouiller la porte de l’intérieur.
Si vous n’avez pas portes de verre, panneaux de portes de verre coulissantes ou à proximité de windows, toutefois, couvrir le verre avec une grille de sécurité ou de la grille sur l’extérieur ou un panneau de polycarbonate transparent, incassable fixée derrière la vitre à l’intérieur.
Méthode 2
Verrouillez vos portes
Dans un pourcentage non négligeable des cambriolages, le criminel pénètre dans le domicile de la victime à travers une porte déverrouillée. Même les serrures plus fortes dans le monde sont inutiles si vous ne les utilisez pas. Verrouillez toutes les portes extérieures chaque fois que vous sortez même si vous allez juste être allé quelques minutes.
1
Installer des serrures pêne dormant. À l’exception des portes coulissantes, toutes les portes extérieures doivent avoir une serrure à pêne dormant en plus de la serrure intégrée dans la poignée de porte. Le pêne dormant devrait être de haute qualité (métal de grade 1 ou 2, solide avec pas de vis apparentes sur l’extérieur), avec un jet de boulon (le boulon qui sort de la porte) au moins 1 po (2,5 cm) de long. La serrure doit être correctement installée. Beaucoup de maisons ont les pênes de qualité inférieures ou jeter les boulons moins de 1 pouce (2,5 cm). Ils doivent être remplacés.

2
Installer une impasse. Ajouter un verrou supplémentaire fournira une sécurité supplémentaire lorsque vous êtes maison. L’impasse, parfois appelé une « sortie seule pêne dormant » est un pêne dormant qui ne possède pas de clé externe. Il peut être clairement visible sur la porte de l’extérieur, mais il ne peut pas diviser sans détruire la porte, frame ou verrou lui-même. Alors que cette sécurité n’aidera pas directement lorsque vous n’êtes pas à la maison, sa visibilité peut décourager un intrus d’essayer la porte.

3
Fixer des portes coulissantes. La meilleure façon de sécuriser les portes coulissantes est d’installer des serrures à clé en haut et en bas. Vous pouvez également faire ou acheter une barre qui oscille vers le bas de la porte au milieu de la porte pour empêcher que la porte coulissante. À tout le moins, placer une tige (une épaisse cheville en bois, par exemple) dans le rail inférieur de la porte pour l’empêcher de s’ouvrir. Quelle que soit la méthode que vous utilisez, c’est une bonne idée de renforcer le verre avec des panneaux de polycarbonate, comme l’a recommandé à l’étape précédente.
Méthode 3
Renforcer votre porte d’entrée
1
Installer les gardes de cylindre autour des cylindres de serrure (la partie vous introduisez la clé). Les cambrioleurs peuvent parfois enlever ou d’endommager des barillets de serrure par martelage, arrachement ou indiscrets. Protéger avec ces plaques métalliques garde ou anneaux de protection sur les deux côtés de la porte. Installer des plaques de garde avec des boulons à tête ronde pour les empêcher d’être dévissé. Bagues de rotation libre autour des cylindres permettra d’éviter l’utilisation d’une clé à tube de torsion sur le cylindre. Plusieurs verrous viennent avec ces déjà, mais si le vôtre n’est pas, vous pouvez les acheter.
Image intitulé Your étape8 portes anti-effraction
2
Remontez les plaques de grève fragile. La gâche est la plaque métallique qui entoure l’ensemble de verrouillage (le trou dans le cadre de la porte entre la vis de verrouillage). Toutes les portes extérieures doivent avoir sécurité métallique lourds frapper disques fixées par quatre vis de 3 po. Beaucoup de maisons est construites avec des plaques de grève de qualité inférieures ou ont des plaques de grève qui sont fixés avec des vis courtes qu’il suffit de joindre pour le jambage de la porte, pas le goujon sous-jacent.
Image intitulée anti-effraction portes votre étape 9
3
Fixez les charnières apparentes. Charnières doivent être à l’intérieur de la porte. Si vous ne l’êtes pas, remontez la porte ou fixer les charnières apparentes avec broches non amovible. Vous pouvez le faire en retirant au moins les deux Centre vis de la charnière (de chaque côté) et en les remplaçant par des gonds non amovible (vous pouvez obtenir ces à la quincaillerie) ou des clous de maçonnerie bicéphale. Même les charnières qui ne sont pas exposés doivent être fixées sur le châssis avec les vis de 3 po.
Image intitulée anti-effraction portes votre étape 10
4
Fortifier votre cadre. Même si votre porte est forte et a haute-q